mercredi 24 octobre 2018

Les lutins urbains - Tome 5 - Korrigans et Grosse Galette

TITRE : Les Lutins Urbains
Tome 5 – Korrigans et Grosse Galette
AUTEUR : Renaud MARHIC
EDITIONS : P’tit Louis



Résumé


Les Lutins Urbains débarquent en Bretagne ! Chassés de la Grosse Cité par la sinistre Brigade de Répression de l’Onirisme, nos amis viennent demander l’aide des Korrigans, leurs cousins bretons.

Grâce au Professeur Le Brac – lutinologue à Carnac – la bande à bonnet découvre bientôt l’existence d’un talisman capable de mettre en échec ses adversaires. Son nom : la “Grosse Galette”…

Pourchassés de toute part, lutins urbains et bretons se mettent en quête de l’objet magique. Au cœur de la Bretagne mystérieuse, leur route ne tarde pas à croiser celle d’un jeune policier en vacances : Gustave Flicman… qui n’est pas près d’oublier son séjour au pays des Korrigans !

Mon avis


Je remercie l’auteur des Lutins Urbains pour ce service presse et sa confiance renouvelée pour la cinquième fois. Chaque tome est sujet de surprises et de rebondissements. Et merci pour les petits biscuits… Idéals avec mon café du midi !

J’ai retrouvé avec plaisir ce cher Gustave, jeune policier, qui doit prendre des vacances un peu imposées suite à sa dernière aventure. Il se repose ainsi en Bretagne chez sa tantine et la maman de celle-ci, Philomène. Alors que son instinct de policier s’éveille lorsqu’il aperçoit un drôle de type, René Le Brac, écrivain, il ignore que l’université d’Onirie se fait attaquer. Les lutins urbains débarquent en Bretagne avec le professeur B. et Loligoth et retrouvent leurs « cousins » bretons protégés par le confrère du professeur B, le lutinologe Le Brac. Comme quoi, Gustave a le nez fin concernant les lutins !

Entre légendes et histoires bretonnes, nos chers petits et grands amis vont avoir la vie dure avec la Brigade de Répression de l’Onirisme (BRO) sur les talons pour pouvoir reconquérir l’Université d’Onirie avec l’aide d’un talisman qu’ils vont devoir trouver ! Dans cette quête, nous retrouvons les personnages qui sont apparus lors des tomes précédents tels que le lutin jaune ou le pizz’raptor, et nous découvrons les lutins bretons : le crassou, les korrils ou encore le mourioche ; mais aussi d’autres mythes tel que l’Ankou (l’ouvrier de la mort). D’ailleurs, pour plus de détail, l’auteur nous offre un abécédaire des lutins à la fin de l’ouvrage. L’action est toujours aussi présente et surprenante (d’ailleurs quelle frayeur à la fin !) tout en étant drôle de part les pitreries de ces chers lutins.

L’auteur conserve cette plume si singulière à cette série. Entre ses « Psiiiiit ! » pour interpeller le lecteur afin de lui donner des explications plus ou moins importantes, les interventions farfelues des lutins, ce pauvre Gustave qui ne comprend que la moitié des choses voire pas du toute et nos deux professeurs qui paraissent souvent plus s’amuser de la situation que de prendre au sérieux le danger de la BRO, il peut nous arriver à nous aussi, lecteurs, à en perdre notre latin. Toutefois, n’ayez crainte, il y a toujours quelqu’un qui remet ce beau petit monde sur le droit chemin lorsqu’il s’égare. Dans ce tome, nous avons un gros plus : une belle découverte de la Bretagne légendaire et de ses traditions et légendes.

J’ai rapidement lu ce cinquième tome (il faut dire que je suis dorénavant habituée à ces hurluberlus) et j’ai autant apprécié que les précédents. Quel dommage que mes garçons n’aient pas hérité des gênes de grand lecteur de leur maman ! Cette série est franchement très sympa pour les gamins en âge de lire et d’être à l’aise avec la lecture (plus de 10 ans, je dirais). Bref, à Noël, faites des heureux !

Extrait


Levant les yeux en direction du ciel, Gustave se rendit compte que le mur d’enceinte était haut d’au moins 4 mètres.
- Dites donc, elle habite un château, votre cousine ? s’étonna-t-il soudain.
- Vous confondez château et cimetière, vous ?
- Comment ça, un « cimetière » ?
- Comme ça se prononce ! Où voudriez-vous qu’habite cousine Berthe ?
Gustave réfléchissait à toute vitesse
- Ah, OK… c’est la gardienne ! finit-il par déduire.
- Pas du tout ! le détrompa le barbu.
- À l’entretien, alors… Elle doit travailler à l’entretien… C’est ça ? essaya-t-il encore.
- Écoutez : Berthe est née en 1821…
- Mais alors… s’ébahit le jeune policier, quel âge peut-elle bien avoir aujourd’hui ?
- Elle avait 95 ans quand elle nous a quittés…
- Vous voulez dire que…
- Vous avez compris !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot ?

Tellement Humains

TITRE : Tellement Humains AUTEUR : Sonia BESSONE EDITIONS : Nats Résumé Sonia Bessone sort des sentiers battus en pro...